Fracture numérique et insertion professionnelle

Monsieur qui tape sur son ordinateur portable

Dans un paysage numérique en constante évolution, l’illectronisme demeure une réalité préoccupante en France. En 2021, 15,4 % des personnes de 15 ans ou plus étaient touchées par cette situation, témoignant des défis persistants liés à l’accès et à la maîtrise des compétences numériques. Elle occasionne des difficultés pour réaliser des actions numériques de la vie quotidienne mais aussi des difficultés en matière de recherche d’emploi.

Qu’est ce que la fracture numérique ? 

La fracture numérique est un phénomène social qui désigne l’inégalité d’accès face aux technologies numériques (les smartphones, les ordinateurs ou les tablettes). Les personnes en étant victimes sont confrontés à l’illectronisme, elles ne disposent pas des compétences numériques de base ou ne savent tout simplement pas utiliser internet.

Statistiquement, 15% de la population française souffrait d’illectronisme en 2021 : certes ce mal du siècle digital est en recul mais il demeure bien trop présent (étude parue le 22 juin 2023 par l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques aussi appelée l’INSEE, nous en ferons usage tout le long de cet article). Ce pourcentage représente tout de même presque 1⁄4 de la population française

Qui est touché par ce phénomène ?

 Les seniors sont les plus touchés : cette génération n’a pas grandi avec le numérique et se retrouve souvent dépassée à cause des évolutions constantes des technologies.. Pour être factuel, la fracture numérique touche 61,9% des 75 ans et +, 24,2% des 60-74 ans contre seulement 2,4% des 15-24 ans. L’écart entre ces générations est tout simplement gigantesque !

Un autre groupe est concerné, ce sont les plus modestes : 9% des ouvriers contre seulement 2% des cadres, 36% des retraités, 53% des anciens ouvriers, 51% des anciens agriculteurs/commerçants/artisans contre seulement 23% des retraités ayant effectué une profession intermédiaire et 10% des anciens cadres. 

Sont aussi présentes les personnes résidant dans les départements et régions d’outre-mer : 20% contre 15% pour celles résidant en France métropolitaine.

Les personnes les moins diplômées le subissent aussi davantage que les autres, les diplômés bénéficiant de compétences sur ces outils acquises tout au long de leurs études.

Les personnes vivant seules (30%) ou bien encore un couple sans enfants (20%) rencontrent aussi d’énormes difficultés : en effet, qui peut donc les aider ? Nous savons que beaucoup de parents se référent à leurs enfants pour essayer de comprendre les rouages de l’univers numérique.

Quelles en sont les causes ?

Différents paramètres entrent en jeu.

Cela peut être une question budgétaire : même si toutes ces technologies sont beaucoup plus abordables qu’au début de l’ère numérique, elles ont tout de même un coût non négligeable.

La couverture réseau a également un rôle à jouer. Il existe encore de nombreuses zones blanches pourtant, l’utilisation du smartphone à explosé ces dernières années. D’ailleurs il y a également des zones où la fibre optique n’est pas encore arrivée alors les populations conservent l’ADSL dont les performances ne répondent pas aux usages actuelles.

Le numérique est voué à être inclusif. Malheureusement son développement actuel ne le rend pas facile d’accès pour certaines minorités : c’est le cas des personnes en situation de handicap qu’elles soient malvoyantes ou n’ayant pas l’usage de leurs membres supérieurs par exemple.

Qu’en est-il des conséquences ?

Nous pouvons, sans exagération, utiliser le terme “exclusion sociale” : se sentir mis à l’écart, même si ce n’est pas intentionnel, ce qui est une sensation désagréable. Elle peut aussi accentuer les inégalités sociales (scolaires, de formation, de travail ou bien encore de revenus…).

Problème très impactant dans la vie quotidienne des personnes en fracture numérique : les inégalités d’accès aux services publics (Caisse d’Allocations Familiales/CAF, Caisse Primaire d’Assurance Maladie/CPAM, Préfecture ou bien encore le service des impôts…). 

Nous constatons que, plus les années passent, plus les démarches administratives sont dématérialisées : Internet est inévitable. 

Comment répondre aux besoins sociaux et professionnels des personnes en risque de fracture numérique ?

Les initiatives se sont multipliées pour aider les personnes à faire face à ce problème d’ordre social et professionnel. Des associations comme Numericli proposent des ateliers pour aider les personnes à devenir autonomes dans l’utilisation quotidienne d’Internet notamment pour réaliser des démarches administratives ou encore maintenir le lien social avec sa famille ou autres contacts.

Il existe aussi des programmes destinés à répondre aux besoins professionnels, il s’agit par exemple de travailler sur des outils tels que Microsoft Word, Excel ou encore Canva, afin d’améliorer son employabilité.

Le témoignage des personnes qui expliquent comment ils ont pu prendre des rendez-vous en ligne seuls ou encore de ceux qui ont décroché un emploi en s’appuyant sur ce qu’ils ont appris à travers ces programmes sont autant d’éléments rendent pertinentes les actions menées pour lutter contre l’illectronisme et développer les compétences numériques des publics.

Sources 

https://www.vie-publique.fr/en-bref/290057-fracture-numerique-lillectronisme-touche-plus-de-15-de-la-population#:~:text=stock.adobe.com-,Fracture%20num%C3%A9rique%20%3A%20l’illectronisme%20concerne%20plus%20de%2015%25,de%20la%20population%20en%202021&text=Une%20personne%20en%20situation%20d,se%20sert%20pas%20d’internet

https://www.techno-science.net/definition/3957.html

https://www.bercynumerique.finances.gouv.fr/lillectronisme-fracture-numerique-et-fracture-sociale

https://www.choisir.com/box-internet/articles/195376/fracture-numerique-en-france-etat-des-lieux-et-perspectives

Articles associés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal